La cuisinière solaire, une alternative durable peu connue en France Lecture : 7 min
  1. Accueil
  2. Alimentation
  3. La cuisinière solaire, une alternative durable peu connue en France

La cuisinière solaire, une alternative durable peu connue en France

Pendant que chacun cherche des solutions à l’urgence climatique, la cuisinière solaire peut en être une, notamment pour les pays de l’hémisphère sud. Tour d’horizon du sujet.


Pour se nourrir, l’on a généralement besoin de gaz, d’électricité, voire de bois. Ces énergies ne sont pas inépuisables et leurs extractions mettent en péril les ressources de la planète. La cuisinière solaire est un mode de cuisson écologique et à fort potentiel. Néanmoins, il ne peut pas être utilisé partout et peut parfois être contraignant. Revue de détail.

Les effets négatifs de la cuisson au bois

Dans le monde, environ 2 milliards de personnes cuisinent au feu de bois. Il s’agit d’une cuisson naturelle, mais assez dévastatrice tant pour la planète que pour la santé. En effet, pour obtenir du bois, il faut généralement couper des arbres. Cela met à mal les forêts. Ensuite, la cuisson en elle-même peut occasionner des problèmes de santé importants à la longue. Les émanations de sève brûlée, tout comme les aliments brûlés peuvent engendrer des maladies graves, comme le cancer.

Les premières cuisinières solaires

C’est en Suisse que la première cuisinière solaire (ou four solaire), appelée héliothermomètre a vu le jour en 1767. Horace de Saussure, son inventeur, a utilisé les rayons du soleil pour faire chauffer les aliments.

Peu de temps après, un jeune physicien indien de 30 ans et directeur du laboratoire d’énergie solaire de l’université nationale, répondant au nom de Shyam S. Nanwani, a mis au point un prototype semblable au Costa Rica.

Dernièrement, Abdoulaye Sadjo Diallo, un chercheur environnementaliste et activiste énergéticien guinéen a aussi proposé son projet au ministère écologique de son pays.

D’autres initiatives identiques ont été mises en place dans divers autres pays où le soleil est une source d’énergie puissante. Pour autant, son déploiement n’a pas été aussi intense qu’espéré.

Cuisiniere solaire

Des cuisinières solaires différentes

Au fil du temps, d’autres prototypes ont vu le jour. Ceux-ci ont été améliorés par divers accessoires, mais également par un mode de fabrication différent. C’est ainsi que certains modèles sont aujourd’hui à caisson, à panneaux ou encore, conçus sur le modèle d’une parabole.

Les cuisinières solaires à paraboles

Il s’agit d’une cuisinière en forme de parabole, fonctionnant sur la réflexion des rayons solaires. L’aluminium étant réfléchissant et recouvrant l’intérieur de la demi-sphère, va chauffer la cocotte ou le plat placé en son centre. Ce mode de cuisson demande une exposition parfaite face aux rayons solaires. La cuisinière à parabole doit donc être réorientée environ tous les quarts d’heure pour capter les rayons les plus intenses.

La température des cuisinières solaires peut monter jusqu’à 300 °C, soit la même qu’un four traditionnel. Durant l’utilisation, le port de lunettes de soleil efficaces est incontournable.

La cuisinière à panneaux réfléchissants

Des panneaux plats reflètent la lumière du soleil sur une cocotte foncée de préférence, pour optimiser la cuisson. Son couvercle doit obligatoirement être en pyrex. Cette cuisinière fonctionne avec l’effet de serre. Elle doit être placée à l’abri du vent et nécessite une réorientation toutes les demi-heures pour profiter des rayons de façon optimale.

Il sera nécessaire de remuer régulièrement pour obtenir une cuisson homogène. En effet, la chaleur n’excède que très rarement les 120 °C. Cette cuisinière peut aussi être fabriquée facilement, avec quelques accessoires que l’on a chez soi.

Comment fonctionne la cuisinière solaire ?

Capter les rayons du soleil pour les transformer en chaleur ciblée est simple. Il suffit d’une parabole en aluminium, orientée face au soleil et le tour est joué.

Pour autant, les bricoleurs et randonneurs peuvent aussi tenter de créer leur propre cuisinière solaire. Il suffit d’une boîte (en carton ou en bois), dont l’intérieur est capitonné de feuilles d’aluminium. La partie supérieure de la boîte doit être peinte en noir pour attirer les rayons du soleil. En 4 ou 5 heures, les aliments pourront alors être cuits dans la boîte, qui devrait atteindre les 100 °C, voire plus, en fonction de l’ensoleillement.

Four solaire

Une solution durable et efficace

La cuisson d’aliments dans une cuisinière solaire est bénéfique sur bien des plans. En effet, elle ne nécessite pas de bois, ne requiert que très peu d’eau et beaucoup moins de matières grasses. Les aliments cuisent donc à la vapeur douce, conservant ainsi toutes leurs vitamines.

Un four solaire permet également de faire sécher la viande ou les poissons pour une conservation plus durable. Ne fonctionnant qu’à la seule source de chaleur du soleil, il est donc écologique et respectueux de la nature.

Ce type de cuisson est aussi utilisé pour purifier l’eau 

Une cuisinière solaire permet non seulement de cuire des aliments, mais est également une solution d’appoint pour le camping, les randonnées, etc. Elle permet de cuisiner sans aucune autre source énergétique que celle du soleil, le tout sans émettre de gaz et sans nuire à la planète ni à la santé.

Mais ce n’est pas tout, la cuisinière solaire permet aussi de purifier l’eau. En effet, suivant la taille du four solaire, il est possible de purifier jusqu’à 20 litres d’eau par jour.

Il s’agit donc d’une solution parfaite pour apporter de l’eau potable dans les pays n’y ayant pas accès.  

La cuisinière solaire et ses limites

Ce mode de cuisson ne peut être utilisé partout dans le monde. En effet, il ne peut être rentable uniquement dans les pays à fort ensoleillement continu (Asie, Afrique et Amérique latine).

De plus, la cuisinière solaire demande une organisation quelque peu stricte, puisque la cuisson ne peut être réalisée qu’en journée et par temps ensoleillé. Le temps de cuisson est également plus long qu’un four ou une cuisinière classique, sans parler du fait qu’il faille rester à côté pour surveiller la cuisson, car la température n’est pas réglable.