Occuper un enfant de moins de 3 ans autrement qu'avec les dessins animés Lecture : 4 min
  1. Accueil
  2. Style de vie
  3. Occuper un enfant de moins de 3 ans autrement qu'avec les dessins animés

Occuper un enfant de moins de 3 ans autrement qu'avec les dessins animés

N'allez pas me faire croire que vous n'y avez jamais recouru ! Vous êtes fatigué de votre journée, vous rentrez à la maison et votre enfant est exécrable. Allez hop, et si on regardait Zouzous !? Oh miracle, l'enfant est hypnotisé, vous allez pouvoir souffler deux minutes. Mais attention, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel l'a dit : pas d’écrans avant l’âge de 3 ans car cela retarde le développement de l'enfant. Aïe !


Demander à la grand-mère

Comment faisait-on avant ? Avant que tout soit accessible en un clic sur le mobile ? Avant Youtube et Zouzous ? 

Les distractions sont à portée de mains, difficile donc, d'y résister.

En demandant à notre grand-mère, elle nous assurera une chose : un enfant est capable de jouer tout seul.

Même si l'enfant s'apparente parfois à une glu très collante, il peut jouer tout seul à condition d'amener correctement la chose.

 

Joue tout seul mon chéri, tu es grand maintenant ! Et maman n'a pas le temps.

Allez... avec un peu de diplomatie je suis sûr qu'on va y arriver.

 

 

Initier le jeu

En initiant le début du jeu avec lui, notre enfant va commencer par observer, puis imiter.

Montrons-lui comment cela fonctionne et petit à petit, il va s'y intéresser.

Notre enfant va peu à peu jouer dans son coin. Cette fois-ci, c'est nous qui l'imitons en faisant de même, c'est-à-dire jouer, en jouant dans notre coin. A ce moment, un atelier de jeu se crée où chaque joueur est autonome.

Allez, encore quelques minutes de jeu, et délicatement, commençons à faire autre chose sans notre enfant comme la lessive, le repassage, le ménage, le repas, les poussières... aaaaaaah.

Et miracle, il joue tout seul ! Attention tout de même à garder notre enfant sous surveillance.

 

Euh... à l'aide, il me réclame toujours !

Bon, c'est vrai, en réalité, c'est souvent plus difficile que ça.

 

Notre enfant a besoin d'aide et de repères, il faudra souvent l'accompagner pour l'aider et le renforcer.

 

Un enfant en développement

Il est important de comprendre qu'un enfant de 2 à 4 ans est en train de se concevoir comme une personnalité à part entière.
Il est naturel qu'il nous réclame. Et en le faisant, il nous dit avec ses mots "chers parents, je ne suis pas à l'aise avec moi-même".

Cela s'apparente à un sentiment d'insécurité. Il peut avoir peur de la solitude, des bruits environnants tels que le claquement des portes de placards, le craquement des marches, les bips du four, ...

Nous sommes des adultes matures et réfléchis (pour la plupart), mais nos enfants, eux, se construisent : alors sortons de notre raisonnement d'adulte, essayons de penser comme lui, ce petit chéri d'amour, qui à tout à découvrir.

 

 

Ne pas culpabiliser

Si notre enfant nous réclame systématiquement : ne pas accourir à chaque demande, c'est lui rendre service.

Cela peut paraître brutal, alors nous tâcherons de lui expliquer pourquoi nous agissons de la sorte en lui expliquant que nous sommes occupés et que nous ne pouvons pas venir l'aider.

Les mots ont énormément d'importance avec nos chers petits.

 

Un enfant à besoin de se construire et d'apprendre à gérer sa solitude. Comme nous l'avons dit précédemment, l'enfant est en développement et tente de dissocier sa personnalité de la nôtre. Pour cela, il a besoin de se confronter à sa propre existence.

Lorsque l'enfant joue seul, il se construit, il développe son imaginaire, il devient "Je"

 

C'est bien gentil, mais au lieu de faire rouler sa voiture il regarde les fixations des pneus.

Il faut bien commencer quelque part, rassurez-vous, il finira par la faire rouler cette voiture.

 

Imaginons que nous apprenions à conduire une voiture, mais que le moniteur conduise systématiquement à notre place. Pouvons-nous réellement apprendre ?

 

Trouvons le bon équilibre. Et sans plus attendre, initions le jeu et laissons-le imiter et développer son imagination.

 

Coups de pouce pour que l'enfant joue seul

L'encouragement est essentiel. Lui dire que ce qu'il fait est bien, est valorisant et l'invite à continuer.

Lui donner des idées. Un enfant part de zéro. Il a besoin de références, d'exemples, de démonstrations. Alors montrons-lui comment ça fonctionne. Mais attention, s'il joue différemment de nous, laissons-le faire car c'est exactement ce que nous voulons : que notre enfant se construise et se forge un "Je".

Regardons-le jouer sans forcément l'assister. Parlons-lui tout en vaquant à nos occupations. De cette manière, il aura le sentiment que nous jouons avec lui.

 

 

Vous l'aurez compris, pas de télévision avant 3 ans n'est pas toujours un jeu d'enfant !