Fairbnb : l’alternative plus respectueuse à Airbnb Lecture : 8 min
  1. Accueil
  2. Style de vie
  3. Fairbnb : l’alternative plus respectueuse à Airbnb

Fairbnb : l’alternative plus respectueuse à Airbnb

Airbnb a pignon sur rue pour louer un bien pour les vacances. Mais que diriez-vous d’une plateforme éthique, équitable et respectueuse de l’environnement, sur laquelle vous pourriez faire la même chose ?


Airbnb a pignon sur rue pour louer un bien pour les vacances. Mais que diriez-vous d’une plateforme éthique, équitable et respectueuse de l’environnement, sur laquelle vous pourriez faire la même chose ? Fairbnb se veut être une « green alternative » à Airbnb. Découvrez ce projet ambitieux.

Quel est le problème avec Airbnb ?

En réalité, lorsque l’on se place du côté du touriste, Airbnb est une excellente opportunité pour louer un logement dans diverses villes de la planète. Facile d’accès, le choix est immense, les prix intéressants, les logements souvent en très bon état, etc. Mais cette pratique occasionne un côté plutôt obscur que l’on n’observe pas forcément…

Airbnb a été lancé en 2017 et s’est vu devenir tellement énorme que le partage n’a plus vraiment fait partie de leurs priorités. En effet, le profit a réussi à prendre le dessus. Et cela a en partie engendré une hausse des prix de l’immobilier dans quelques villes. En effet, certains loyers étant trop élevés, seules les personnes ayant les moyens peuvent se permettre de résider dans les quartiers concernés. De réelles inégalités se creusent, les habitations sont désertées, c’est ce que l’on appelle la « gentrification des villes ».

ville fantôme

Autre problématique, certains propriétaires ont mis les voiles et laissent désormais leur bien immobilier en location exclusive pour les touristes. La conséquence d’un tel acte engendre la dépopulation de certains quartiers. Ce qui fait naître des cités-dortoirs où très peu de vie et donc, très peu d’âme émanent des rues.

Ce n’est pas tout, certaines capitales ou grandes villes comme Barcelone, Amsterdam et même Paris ont accusé Airbnb de dénaturer les villes. Ce sont tous ces inconvénients qui ont poussé des activistes engagés à créer Fairbnb, une alternative à Airbnb basée sur le réel partage et ayant des objectifs plus éthiques.

Fairbnb, qu’est-ce que c’est ?

L’idée a été lancée par deux étudiants à San Francisco. Puis l’idée a fait son chemin et regroupe aujourd’hui un groupe d’ingénieurs informatique, de chercheurs, designers, etc. Tous ont la même envie de replacer les critères de collaboration et d’entraide au cœur de leur projet. C’est en ce sens que Fairbnb veut remettre le voyage authentique au goût du jour.

Le siège social est basé à Bologne en Italie. Un symbole on ne peut plus fort, puisque cette ville est un fief du partage, avec pas moins de 4 000 coopératives. Il s’agit d’une cité qui ne connaît pas la crise et où l’entraide a su prendre le dessus sur le profit.

De plus, la plateforme n’appartiendra pas à des investisseurs, mais plutôt à des partenaires, aux hôtes et aux voyageurs. Le but étant de recréer du contact et de permettre d’organiser des vacances inoubliables, basées sur l’échange.

Fairbnb s’engage également à reverser 50 % des bénéfices dans des projets sociaux tels que des cafés sociaux, la construction de logements sociaux, des jardins communautaires, etc. Et pour cela, chaque contributeur pourra choisir le projet qu’il désire supporter. Une coopérative française fait d’ailleurs partie des projets sociaux à supporter. Il s’agit des Oiseaux de passage, une coopérative permettant de mettre en lien les touristes et les locaux pour un meilleur échange lors de voyages ou déplacements. Le lancement de cette coopérative devrait voir le jour courant 2019.

Les points forts de Fairbnb

Fairbnb entretient un lien transparent et constant avec les villes, cela afin de montrer que leur impact touristique n’est que positif. Cela passe par le fait de respecter les règlementations locales et en restant ouvert sur les éventuelles suggestions de modifications.

En outre, la plateforme s’engage sur 4 piliers jugés indispensables pour séduire le voyageur comme l’hôte et les fidéliser :

La transparence des données

Afin d’éviter les problématiques rencontrées par Airbnb, à savoir la dénaturation des villes et l’abandon des logements pour les proposer en exclusivité à la plateforme, Fairbnb collabore avec les villes pour ne proposer que des bien légaux et en accord avec leurs principes.

De même, les fraudes fiscales ne seront pas possibles, car la plateforme veillera à ce que les données soient transparentes avec les gouvernements locaux où les logements seront loués.

Un engagement social

Pour rester fidèle à ses principes, Fairbnb reverse 50 % de ses bénéfices à des projets communautaires et d’utilité publique. Ce sont les résidents qui choisissent eux-mêmes les projets qu’ils souhaitent soutenir.

jardin communal

À ce titre, le projet n’est pas du tout une priorité, à l’instar du partage et de l’entraide.

Un système démocratique

Ce sont les propriétaires qui définissent le mode de fonctionnement de la plateforme. Chacun d’entre eux fera partie de la communauté Fairbnb et à ce titre, seront considérés comme des voix uniques à écouter et des décideurs à part entière.

Des logements idéaux

Chacun des biens loués aura sa propre politique d’accueil. Il pourra s’agit d’habitations classiques, insolites, éthiques, etc. Quoi qu’il en soit, chaque hôte ne pourra proposer qu’une seule de ses habitations secondaires à la location sur la plateforme.

Le but de cette manœuvre est justement d’éviter les effets néfastes des locations courtes sur le marché du logement. D’autre part, cela évite également l’enrichissement de certains propriétaires face à d’autres. Pour rappel, le profit n’est pas le but recherché par la plateforme.

Un projet qui séduit, mais qui peine à voir le jour

Fairbnb ne souhaite pas ou peu faire de publicité pour son site. Les fondateurs comptent principalement sur le réseau d’entraide autour du projet. Pour cela, ils appellent les intéressés à se rallier à des réseaux locaux. Ainsi, chacun dispose d’un rôle à jouer pour faire connaître la plateforme, l’aider à grandir doucement, rechercher des biens en adéquation avec l’éthique de l’entreprise, etc. Pour l’heure pas moins de 350 personnes aident au développement de Fairbnb, qui n’aspire qu’à devenir viral dans le monde entier.

Fairbnb

Cela étant, le site n’a pas encore vu le jour. En effet, toujours en période de test, il devrait ouvrir au printemps 2019 pour les villes d’Amsterdam, Barcelone, Venise, Valence et Bologne. Carlo Pesso, l’un des fondateurs précise que ces cinq villes européennes seront considérées comme pilotes avant l’ouverture mondiale de Fairbnb.

À la recherche de financements

Fairbnb est actuellement à la recherche de financeurs pour des montants minimums de 4 000 euros. En contrepartie, ils proposent 6 % des intérêts annuels à partir de la troisième année d’exercice, ainsi qu’une voie décisionnaire, au même titre que les hôtes, tout comme la possibilité d’être élu au Conseil d’Administration.

Les financeurs peuvent provenir de n’importe quel pays et pourraient être amenés à devenir développeurs du projet sur leur propre territoire. Pour les personnes intéressées, il suffit d’envoyer un mail à info@fairbnb.coop. Pour les personnes souhaitant contribuer à un niveau moindre, une campagne participative a été ouverte, afin que tout un chacun puisse faire un don et soutenir le projet Fairbnb.

Des appels à préinscriptions

Damiano Avellino, le cofondateur de Fairbnb engage les personnes intéressées, qu’elles soient hôtes ou futures locataires, à se faire connaître en remplissant un formulaire de préinscription. Cela n’engage à rien, mais permet aux dirigeants d’avoir un ordre d’idées sur l’intérêt que leur projet suscite.

Si une telle démarche durable et solidaire vous semble intéressante, n’hésitez pas à vous manifester auprès des dirigeants de Fairbnb.