Le black Friday, une aberration pour la planèteLecture : 5 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. Le black Friday, une aberration pour la planète

Le black Friday, une aberration pour la planète

À la suite de la Grande Dépression survenue en 1929, les commerçants américains ont instauré le concept du Black Friday. Le but de cet évènement était de redynamiser l’économie, qui était passée au rouge. Originellement, ce concept n’était pas censé s’étendre sur plus d’une journée. Mais compte tenu du franc succès qu’il connait, les soldes s’étendent désormais sur une période de 4 jours, voire plus. Cette tradition créée aux États-Unis dans les années 1930 s’est très vite popularisée au-delà des frontières. Aujourd’hui, il s’agit de l’un des évènements les plus attendus de l’année, d’autant plus qu’il a lieu quelques semaines avant la fête de Noël. Si le Black Friday séduit par les réductions exceptionnelles et des prix alléchants sur des millions de produits, une réalité déconcertante se cache derrière, notamment pour l’environnement. Aujourd’hui, les environnementalistes et écologistes livrent un combat contre ce concept. Pourquoi la période du vendredi noir est-elle si néfaste pour l’environnement ? Nous faisons le point.

Publicité et surconsommation

Avec toute la publicité qui est faite autour de cet évènement, il est devenu quasiment impossible d’échapper à la folie du vendredi noir. Emails, messages, affiches publicitaires, toutes les stratégies sont mises en œuvre dans le but de faire miroiter aux clients les soldes exceptionnelles qui seront proposées lors de cet évènement. Pour le consommateur, difficile en effet de résister à de telles offres et promotions sur une grande sélection de produits.

Toutefois, cette incitation à la surconsommation n’est pas sans danger pour l’environnement. La quantité de produits achetés pendant la période Black Friday est en effet très impressionnante. Quelques fois, les consommateurs achètent des produits dont ils n’ont pas véritablement besoin, tout simplement parce que l’offre est trop belle pour la laisser passer.

Ce système bâti originellement pour soutenir l’économie mondiale s’avère être une réelle incitation au gaspillage. Il est donc très important de revoir les enjeux de ce concept, afin qu’il aille en droite ligne avec le combat de nombreux écologistes : le zéro gaspillage. Ceci est d’autant plus important que la planète est en danger du fait de la pollution induisant le réchauffement climatique.

Le poids des déchets, une aberration pour l’environnement

Dans de nombreux pays du monde, la consommation est supérieure à la production. En France par exemple, les populations consomment trois fois plus de ressources que la Terre ne peut en générer. Pour fabriquer tous ces produits destinés à satisfaire les envies et besoins des consommateurs, de nombreuses ressources (matérielles et naturelles) sont requises. Par ailleurs, les procédés d’extraction et de transformation de ces matières premières sont particulièrement polluants. De plus, il faut encore produire des emballages pour le conditionnement de ces produits, ce qui engendre une pollution supplémentaire.

Au moment de l’achat des produits, les consommateurs aveuglés par les offres promotionnelles ne se rendent pas compte du danger que cela représente pour l’environnement. Selon une étude réalisée par l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie (Ademe), chaque ménage français abrite en moyenne 2,5 tonnes d’objets et appareils, ce qui équivaut au poids d’un hippopotame. Pour fabriquer tous ces objets, une importante quantité de ressources premières a été extraite de la Terre, soit 45 tonnes. En réalité chaque ménage français abrite le poids en matières premières de 8 éléphants adultes. Inutile de rappeler le « poids » de ces objets sur l’environnement et le bien-être de la planète.

Pendant la période du Black Friday, les smartphones, les vêtements et les produits cosmétiques font partie des articles les plus vendus. En moyenne, chaque individu possède au moins 51 kg de vêtements, ce qui correspondant à 1,3 tonne de CO2 émis. Par ailleurs, les puces intégrées dans les smartphones représentent près de 200 Kg de matières premières nécessaires pour leur fabrication.

En ce moment où la Planète fait face à un sérieux problème de destruction de la couche d’ozone due à la pollution, le concept du Black Friday devrait être réadapté. La publicité et l’incitation à la surconsommation qui accompagnent cet évènement coutent cher à l’environnement chaque année. En effet, ce que les consommateurs ignorent c’est que chaque flyer, chaque mail, chaque message, chaque affiche placardée dans la ville représente une importante émission de CO2.

Quelles solutions pour une planète plus saine ?

Pour l’économie, le concept du Black Friday est une véritable aubaine. Mais pour la planète, les dégâts se pèsent par millions de tonnes. Afin de concilier les enjeux économiques et écologiques, l’une des solutions c’est le recyclage. Acheter prioritairement des produits déjà en circulation permettrait de réduire les risques pour l’environnement. De plus, les prix seront nettement moins élevés.

Comme autres alternatives durables au neuf, le don, le troc, la location, la mutualisation sont à privilégier. En plus d’être écologique, c’est économique. Si malgré toutes ces solutions il est difficile pour un consommateur de se priver d’acheter, il existe une autre alternative le Green Friday. Ce mouvement lancé en 2017 incite au recyclage et au reconditionnement.




Ces sujets peuvent vous intéresser