Les initiatives anti-Black Friday se multiplient Lecture : 11 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. Les initiatives anti-Black Friday se multiplient

Les initiatives anti-Black Friday se multiplient

Le Black Friday, cette opération commerciale en provenance des États-Unis qui se déroule tous les ans le dernier vendredi de novembre, a cette année été repoussé en France au 4 décembre. L’objectif était de préserver les petits commerces, déjà fragilisés par les mesures de confinement. Mais décaler n’a pas suffi à faire taire la contestation, et les alternatives au Black Friday se multiplient, dénonçant la surconsommation. Zoom sur les mouvements anti-Black Friday qui prennent de l’ampleur.

 

Le Green Friday, un événement écocitoyen

Le Green Friday est un collectif qui a vu le jour en 2017 sous l’impulsion du réseau Envie, qui regroupe une cinquantaine de structures d’insertion œuvrant pour donner une seconde vie aux équipements électriques et électroniques.

Les valeurs qui portent ce collectif sont aux antipodes du Black Friday : économie sociale et circulaire, zéro déchet, lutte contre la surconsommation, tous les ingrédients étaient réunis pour proposer une alternative « verte » à cette opération massive de soldes.

 

Chaque année, le Green Friday profite donc du dernier vendredi de novembre, événement décalé cette année au 4 décembre, pour mener des actions de sensibilisation du grand public à la lutte contre le gaspillage et à l’importance d’une consommation responsable et raisonnée, mais aussi aux vertus de la réparation, du recyclage et de la réutilisation.

 

Le collectif Make Friday Green Again

Alternativi a rejoint le collectif Make Friday Green Again, qui rassemble plus de 1100 marques réunies autour d’une valeur commune : l’importance d’une consommation raisonnée, répondant à des besoins précis et respectueuse de l’environnement, à l’opposé du Black Friday qui pousse à tous les excès.

Le collectif Make Friday Green Again reproche au Black Friday de contribuer à une perte de sens chez les consommateurs, en laissant entendre que la valeur d’un bien peut chuter et augmenter de nouveau d’un jour à l’autre. Cette opération commerciale ponctuelle crée un sentiment artificiel d’urgence et de besoin qui incite, selon 6 Français sur 10 d’après une étude de l’Observatoire Société et Consommation de 2019, à acheter des produits dont ils n’ont pas l’utilité.

Le collectif rappelle également le coût environnemental de la surconsommation, qui augmente à la fois les émissions de gaz à effet de serre et les invendus. Par ailleurs, le Black Friday est souvent la porte ouverte à des pratiques commerciales trompeuses, dénoncées chaque année par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

Les réductions de prix à l’occasion de cette opération promotionnelle n’étant, à la différence des soldes traditionnelles, pas encadrées sur le plan réglementaire, de nombreuses enseignes en profitent pour augmenter les prix plusieurs semaines avant le Black Friday afin de donner l’illusion aux consommateurs de faire une bonne affaire le jour J.

Seconde main

Trier ses objets et vêtements

Upcycling

 

Le Blue Friday, une initiative pour la protection des océans

Le Blue Friday est une alternative écologique au Black Friday, fédérée par l’association de protection environnementale Ocean as Common. Celle-ci propose aux marques de soutenir des actions en faveur des océans, en reversant un certain pourcentage des ventes réalisées le jour du Black Friday et en communiquant à ce sujet auprès des consommateurs.

Plusieurs entreprises ont déjà participé à cette initiative, notamment la Camif qui boycotte le Black Friday depuis 2017. Cette année, l’entreprise spécialisée dans l’aménagement lance pour l’occasion une collection de literie écologique, avec des matelas fabriqués à partir de déchets marins recyclés.

Les déchets plastiques sont collectés, lavés, broyés et séchés, puis transformés en micro-billes qui permettent d’obtenir des fibres de haute qualité. La Camif organise également des collectes citoyennes de déchets marins.

 

Le Fair Friday, l’initiative solidaire de Nature & Découvertes

Pour la 3ème année consécutive, l’enseigne Nature & Découvertes organise le Fair Friday, et invite ses clients à arrondir le montant de leurs achats en ajoutant quelques centimes, que la marque double et reverse à une association de protection de l’environnement.

En 2018, la marque a ainsi reversé 30 000 euros au profit de la défense de la faune sauvage à la Ligue de protection des oiseaux (LPO), à l’association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), et aux organisations de protection des océans Longitudes 181 et Sea Shepherd. En 2019, ce sont 16 000 euros qui ont été reversés à des associations de défense des oiseaux.

À l’occasion du Fair Friday 2020, Nature & Découvertes s’engage à soutenir un fonds de dotation, le Fonds pour l’Arbre, visant à soutenir des actions de préservation des haies et des programmes de plantation, pour lutter contre l’érosion des sols et la destruction de l’habitat naturel de nombreuses espèces.

Les actions des marques et des citoyens sont diverses, allant du blocage avec le « Buy Nothing Day » (journée sans achat) à l’encouragement aux dons pour des causes environnementales ou sociales. Cette année, des marques qui n’avaient encore jamais boycotté le Black Friday rejoignent le mouvement, comme Aigle ou encore Kiabi, ce qui laisse imaginer, pour les années à venir, un phénomène de contestation de plus en plus important vis-à-vis de cette opération promotionnelle.

 




Ces sujets peuvent vous intéresser