Des toilettes sèches publiques à destination des centres-villes Lecture : 6 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. Des toilettes sèches publiques à destination des centres-villes

Des toilettes sèches publiques à destination des centres-villes

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se valorise. » Voici le crédo d’Ecosec qui intègre les matières organiques et les déchets alimentaires dans un cycle de transformation vertueuse. Toilettes sèches et composteurs d’un nouveau genre s’installent dans l’espace public en ville. Alliant design et modernité, ces solutions intelligentes et connectées dépoussièrent les clichés pour préserver l’environnement. Certifiées sans odeurs, les propositions d’Ecosec amorcent la transition écologique de l’assainissement urbain avec des solutions innovantes et audacieuses. Zoom sur ces toilettes sans eau à destination des centres-villes.

Des innovations qui placent les déchets organiques au centre de la transition écologique urbaine

Tout part d’un constat flagrant, mais très peu mis en lumière. En effet, les problèmes de tout-à-l’égout ne sont pas franchement attirants. Pourtant chaque chasse d’eau tirée représente des litres d’eau souillés, ce qui a pour conséquence de polluer les sols, les milieux aquatiques et inévitablement notre alimentation.

Selon Ecosec cela équivaut en moyenne à 27 litres d’eau par personne et par jour, soit 20 % de la consommation quotidienne. De plus, environ 30 % du prix de l’eau est attribué à la gestion de ces eaux usées. Et au niveau environnemental, au moins 59 % des cours d’eau français sont en très mauvais état.

En ce qui concerne les poubelles, quasiment le tiers de ce qui y est jeté pourrait être valorisé grâce à des installations de compostage collectif couplées à de bonnes pratiques de tri.

D’un autre côté, pour l’agriculture française les besoins en engrais et en fertilisants sont considérables et rendent les cultivateurs dépendant de l’importation.

Ecosec propose alors ses solutions novatrices, intelligentes et design au cœur des villes pour « refermer le cycle naturel des déchets organiques ». Des cabines de toilettes sèches compactes et mobiles au service d’un assainissement moderne et respectueux de l’environnement. Les déchets des activités humaines sont triés à la source pour une valorisation efficace et économique.

Les toilettes sèches Ecosec allient modernité et design

Les toilettes sèches ont souvent mauvaise réputation et sont victimes d’un grand nombre d’idées reçues. La SCOP Montpelliéraine a réussi le défi de l’innovation en transformant ces déchets organiques en ressources avec ses toilettes sèches presque passives. Les blocs sont quant à eux fabriqués localement avec des matériaux durables.

Ecosec a développé ses toilettes sèches autour d’un système de séparation des flux. Un tapis roulant incliné emmène d’un côté les matières solides et laisse glisser de l’autre les matières liquides sous l’effet de la gravité. Ce concept de séparation et de déshydratation permet de limiter la vue et les odeurs d’un passage à l’autre. Il est donc idéal en ville, mais aussi dans tout autre lieu ou évènement rassemblant du public en nombre.

Le système ainsi conçu est parfaitement hygiénique et nécessite une maintenance moindre par rapport aux modèles de toilettes sèches utilisant de la sciure. Les blocs sanitaires complets sont autonomes en électricité grâce à des panneaux solaires et certains ont même des murs végétalisés.

Grâce à des tuyaux d’irrigation, un géotextile imperméable et une cuve de stockage, les nutriments des urines et des matières fécales nourrissent les sols avoisinants de différentes manières. La première, grâce à l’utilisation d’un système de goutte-à-goutte enterré. La seconde, par décomposition en poudre fertilisante à substituer aux engrais chimiques dans l’agriculture.

Par exemple : les surplus collectés sur les installations parisiennes sont transportés en Normandie pour servir de fertilisant pour la production de lin, utilisée ensuite pour former les parois des cabines. Ecosec alimente ainsi une boucle vertueuse autour d’un sujet d’ordinaire peu valorisé.

À l’origine de la SCOP Montpelliéraine Ecosec

L’équipe d’Ecosec est composée de passionnés aux compétences complémentaires. Benjamin Clouet, ingénieur spécialisé en assainissement et Bernard Caille, technicien en systèmes automatisés s’associent en 2013. Puis ils sont rejoints par Vincent Le Daheron, ingénieur en sciences de l’eau et Léa Egret, spécialiste du compostage.

Tous les quatre, ils associent leurs technicités respectives pour répondre à un problème environnemental majeur. Celui des déchets organiques contenus autant dans les poubelles que dans l’urine et les matières fécales. Un sujet qui semble peu attirant et qui est pourtant porteur de problématiques de grande ampleur. Les coûts de raccordement de l’équipement public en toilettes classiques, les traitements des rejets d’eau souillés, la consommation des ressources potables et la pollution des milieux aquatiques... Tout est pris en considération.

Les solutions Ecosec ont déjà été sélectionnées lors d’évènements majeurs, tels que la Cop 21. Et l’équipe entend bien étendre son action sur toute la France et au-delà.

Enfin, pour permettre l’accessibilité de ses innovations, Ecosec n’a pas soumis ses solutions à un brevet, afin qu’elles puissent être utilisées par le plus grand nombre et impacter positivement tout un secteur d’activité.