Bientôt un accès aux kinésithérapeutes sans passer avant chez votre médecin traitant ?Lecture : 2 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Style de vie
  4. Bientôt un accès aux kinésithérapeutes sans passer avant chez votre médecin traitant ?

Bientôt un accès aux kinésithérapeutes sans passer avant chez votre médecin traitant ?

Afin de lutter contre les déserts médicaux et permettre un accès plus rapide aux soins dans certains cas précis, une proposition de loi est présentée pour autoriser des consultations hors parcours coordonné. Les patients pourraient alors se rendre chez certains professionnels de santé comme les kinésithérapeutes ou encore les orthophonistes sans avoir à passer au préalable chez leur médecin traitant.

Certains députés veulent permettre un accès direct à certains professionnels de santé, notamment les kiné.

Une mesure destinée à faciliter l’accès aux soins

Cette proposition de loi est portée par la députée de la majorité Stéphanie Rist, ayant elle-même exercé comme médecin hospitalier rhumatologue. D’abord adopté en commission, le texte doit faire l’objet d’un examen en séance publique.

La mesure découle d’une volonté d’améliorer l’accès aux soins. Bien entendu, elle ne pourra pas résoudre à elle seule le problème des déserts médicaux auxquels sont confrontés de plus en plus de Français. Mais l’idée est de tendre vers de nouvelles pratiques dans certaines situations afin de dégager du temps dans les plannings des médecins généralistes pour d’autres motifs de consultation.

Il s’agit de pouvoir permettre des visites en accès direct chez les kinésithérapeutes, les orthophonistes ou encore les infirmiers et infirmières en pratique avancée. À l’heure actuelle, dans le cas d’une entorse par exemple, il faut d’abord se rendre chez un médecin avant de pousser la porte d’un kinésithérapeute et bénéficier d’une prise en charge des soins.

Un encadrement tout de même restrictif de l’accès direct

Cette extension aux professions paramédicales des missions jusque-là dévolues aux généralistes n’est pas du goût des syndicats de médecins. Pourtant, de nombreuses conditions sont prévues pour limiter la portée de cette ouverture pluridisciplinaire.

Défini en commission, un amendement prévoit d’ores et déjà de porter le plafond à 5 séances « dans le cas où le patient n'a pas eu de diagnostic médical préalable ».

D’autre part, pour bénéficier de cet accès direct, il faudra se tourner vers des professionnels exerçant en structures coordonnées comme les maisons de santé ou communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS). À noter que cela concerne uniquement 4 000 kinésithérapeutes sur les 75 000 exerçant dans l’Hexagone.

De la même manière, la proposition entend élargir le champ d’application des infirmiers et infirmières en pratique avancée pour favoriser leur déploiement en libéral afin de réduire la charge de travail des médecins concernant certains suivis (renouvellements d’ordonnances, prescriptions d’examens ou d’arrêts de travail…).




Auteur
Ces sujets peuvent vous intéresser