Danemark : des pales d’éoliennes recyclées de façon originale en parkings à vélosLecture : 4 min
  1. Accueil
  2. News
  3. déplacement
  4. Danemark : des pales d’éoliennes recyclées de façon originale en parkings à vélos

Danemark : des pales d’éoliennes recyclées de façon originale en parkings à vélos

Au Danemark, plus de 40 % de la production électrique provient des éoliennes. Avec une durée de vie d’une vingtaine d’années, il fallait réfléchir à des dispositifs afin de les recycler. Leur seconde vie en parking à vélo ou en mobilier urbain est assez insolite.

Que faire des éoliennes obsolètes ?

Il faut savoir que la majorité des éoliennes sont produites en fibre de verre et en plastique. Il s’agit de matériaux adaptés pour résister aux conditions climatiques extrêmes, mais ils sont très difficiles à recycler. Toutefois, 85 % des composants des turbines, tels que l’acier peuvent être réutilisés.

Depuis 2019, un concept original a vu le jour au Danemark. Constatant qu’un grand nombre d’éoliennes allaient devenir obsolètes, les autorités du pays ont fait appel à des sociétés pour proposer des solutions afin de les recycler et éviter de les envoyer à la décharge. La question de la durabilité des infrastructures du pays est au cœur des débats.

Une de ses entreprises, Re-Wind Network s’est imposée. Experte dans le domaine des solutions liées aux démantèlements de zones constituées d’éoliennes, elle a proposé d’employer les pales des éoliennes pour les placer dans l’espace urbain, par exemple, en faisant en parkings à bicyclette.

 

Des pales d’éoliennes qui deviennent des garages à vélo

Au Danemark, il faut savoir que les vélos font vraiment partie du paysage et constituent même le premier moyen de déplacement dans le pays. En effet, le pays compte plus de 10 000 kilomètres de pistes cyclables et 700 000 vélos circulent à Copenhague, la capitale.

Le premier parking à vélo réalisé à partir de pales d’éoliennes a vu le jour, en 2020, dans le port d’Aalborg. Depuis plusieurs années, le Danemark fait figure de pionnier en matière de transition écologique. L’entreprise Re-Wind Network planche actuellement sur d’autres réutilisations des pales d’éoliennes pour en faire des passerelles. Des projets de bancs et d’abribus sont aussi à l’étude.

Par ailleurs, Re-wind œuvre aussi en Irlande du Nord et planche sur des idées de recyclage de pales d’éoliennes. Ces infrastructures pourraient devenir des murs antibruits, des skateparcs ou encore des gradins de stade. Au total, une cinquantaine d’usages sont à l’étude.

14 000 pales d’éoliennes obsolètes d’ici 2023

Dans un rapport rendu public au printemps 2020, la société Wind Europe évalue à 2,5 millions de tonnes, la quantité de matériaux employés pour produire des pales d’éoliennes sur la planète. Ainsi, 14 000 pales devraient être obsolètes à horizon 2023, ce qui constitue entre 40 000 et 60 000 tonnes de déchets qui ne pourront pas être recyclés. Il faut donc réfléchir à des solutions.

En plus du partenariat avec Re-Wind Network, le Danemark soutient le consortium DecomBlades, un ensemble de sociétés qui œuvrent à réfléchir à des solutions de recyclage pour les pales d’éoliennes dans les trois années à venir. On trouve par exemple la société espagnole Siemens Gamesa qui a indiqué, en septembre dernier, avoir mis au point la première pale d’éolienne réalisée à partir de matériaux recyclés, avec pour but de les vendre dès l’année prochaine, et de développer des turbines totalement recyclables à horizon 2040.

En France, alors que les débats en vue de l’élection présidentielle battent leur plein, la question de la transition énergétique est un sujet central. L’usage des éoliennes divise les dirigeants politiques. La dimension esthétique des éoliennes constitue parfois un frein à son développement.




Ces sujets peuvent vous intéresser