Le poulailler : la solution écologique contre le gaspillage alimentaire Lecture : 8 min
  1. Accueil
  2. Alimentation
  3. Le poulailler : la solution écologique contre le gaspillage alimentaire

Le poulailler : la solution écologique contre le gaspillage alimentaire

Qui peut encore nier que le gaspillage alimentaire est un scandale en France comme dans le monde ? Les professions de bouche, les supermarchés, tout comme les particuliers jettent leurs invendus ou les produits périmés. Cet acte a des conséquences lourdes et catastrophiques pour notre société.


Qui peut encore nier que le gaspillage alimentaire est un scandale en France comme dans le monde ? Les professions de bouche, les supermarchés, tout comme les particuliers jettent leurs invendus ou les produits périmés. Cet acte a des conséquences lourdes et catastrophiques pour notre société. Pourtant, des solutions existent et parfois, elles sont inattendues… En effet, le poulailler serait la meilleure méthode pour éviter le gaspillage !

Quelques chiffres sur le gaspillage alimentaire en France et dans le monde

Les chiffres sont alarmants. En plus de compter une population affamée toujours plus importante, un tiers des aliments produits sur la surface de la Terre finissent à la poubelle, soit 1,3 milliard de tonnes.

D’après la FAO et l’ADEME, l’Europe et les États-Unis sont les champions du gaspillage alimentaire en jetant en moyenne 100 kilos d’aliments par personne et par an. En guise de comparaison, en Asie et en Afrique, ce ne sont « que » 10 kilos d’aliments par personne et par an qui finissent à la poubelle.

Le gaspillage alimentaire rend chacun d’entre nous acteur de la faim et la malnutrition dans le monde. En effet, les déchets alimentaires européens pourraient nourrir 1 milliard de personnes.

Zoom sur le détail du gaspillage alimentaire en France

Les foyers occupent la première marche du podium en matière de gaspillage alimentaire, loin devant la grande distribution. 10 millions de tonnes de nourriture sont ainsi jetées chaque année dans l’hexagone.

– Les Français jettent 5,2 millions de tonnes par an de déchets alimentaires

- 2,3 millions de tonnes, c’est ce que représentent les déchets alimentaires annuels de la grande distribution française

- 1,6 million de tonnes sont la quantité de gaspillage alimentaire annuel enregistré dans les restaurants

Pour illustrer de façon imagée, chaque Français, qu’il soit bébé, enfant, adulte ou sénior, jette en moyenne 79 kilos de nourriture chaque année. Dans le détail, cela correspond à 13 kg de restes et de fruits et légumes gâtés, 7 kg d’aliments encore dans leur emballage et les 50 kilos restants correspondraient à des épluchures, carcasses, abats, etc.

Pour aller plus loin :

– 1 baguette de pain jetée = une baignoire remplie d’eau gaspillée (1 000 litres d’eau sont nécessaires pour obtenir 1 kg de farine)

– 1 rôti jeté = 70 baignoires remplies d’eau gaspillée (15 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de viande

En quoi les poulaillers peuvent-ils lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Les poules font partie de la famille des galliformes. Omnivore, leur régime alimentaire est sensiblement identique au nôtre. En plein air, elles picorent les insectes et quelques végétaux. L’avantage reste qu’une seule poule peut manger près de 150 kilos d’aliments par an.

Qu’il s’agisse de restes de tontes, de légumes, de plats en sauce, de légumineuses, de viande, de poisson et même d’œufs, les poules consomment une grande quantité de nourriture, évitant ainsi le gaspillage alimentaire et favorisant le zéro déchet.

Les autres avantages à retenir lorsque l’on possède un poulailler

Les poules sont de véritables animaux de compagnie. Elles aiment être câlinées et dorlotées. Parfois, elles chercheront même à entrer dans la maison ! Autre avantage, et non des moindres, les poules heureuses pondent naturellement de bons œufs frais. Un atout important lorsque l’on aime les œufs à la coque ou cuisiner de délicieux gâteaux !

Les gallinacés repoussent les nuisibles comme les serpents ou les souris et ne mangent que les mauvaises herbes [attention toutefois à bien protéger les potagers : elles sont gourmandes et n’hésiteraient pas à dévorer les tomates, fraises ou autres fruits et légumes].

Les fientes de poules constituent un fumier naturel, riche et idéal pour les potagers ou les exploitations. Elles permettent aussi aux enfants de se rendre compte de l’impact de nos agissements sur la nature, en leur donnant le sens des responsabilités, tout en leur apprenant à s’apaiser à leur contact.

Les modalités à connaître avant d’adopter des poules

Poules

Avant d’adopter l’un de ces gallinacés, il convient de faire une demande auprès de la Mairie. En effet, des règles d’urbanisme peuvent interdire l’installation d’un poulailler sur une parcelle, etc. Il faut également savoir que les poules n’aiment pas la solitude et préfèrent la compagnie de l’une de leurs congénères.

Il n’est pas possible d’avoir des poules en appartement, ni même sur un balcon. Celles-ci ont besoin de gratter la terre. Les gallinacés sont indépendants en étant deux, mais ont besoin d’une présence humaine régulière pour les alimenter et leur donner de l’eau. D’un poulailler mal entretenu peut émaner des odeurs relativement fortes et des nuisibles [mouches, rats…]. Un nettoyage régulier doit être réalisé pour éviter la prolifération de bactéries.

Beaucoup de particuliers optent désormais pour l’installation d’un poulailler sur leur parcelle de terrain. Ainsi, ils ne jettent plus leurs déchets à la poubelle, mais le donnent à leurs poules. En échange, ils bénéficient d’œufs frais [presque] toute l’année.

Quand les communes investissent dans les poulaillers communaux

De nombreuses initiatives communales ont vu le jour afin d’éviter le gaspillage alimentaire. Ainsi, certains villages et villes françaises ont implanté un poulailler sur des terrains communaux. En informant les citoyens et en les sollicitant en vue d’un changement positif, ces derniers se montrent bien souvent réceptifs aux bonnes volontés.

Dans les villes

À Villepreux dans les Yvelines, la commune a offert 2 poules aux familles volontaires, cela afin d’encourager la réduction du gaspillage alimentaire. Elles ont pris leurs fonctions dans le jardin des habitants, et par deux, grattent le sol à la recherche de petits insectes à picorer. Lorsqu’il reste des déchets, les familles leur mettent à disposition plutôt que de les jeter à la poubelle. Il s’agit d’un échange gagnant/gagnant : la réduction des déchets alimentaires est probante, sans parler des bons œufs frais fournis par les poules, et de l’autre, les gallinacés se régalent de mets normalement destinés aux ordures.

Poulailler

À Viet les Pots en Côte d’Or, la commune a investi dans un poulailler communal. L’idée est de pouvoir réduire les déchets alimentaires des 1 050 habitants, en sollicitant la bonne volonté de toutes les âmes qui vivent. Elles ont pris place dans leur poulailler, construit par les habitants eux-mêmes, installé sur un terrain appartenant à la commune. Les 10 poules sont heureuses de contribuer à la vie du village. Les enfants viennent à tour de rôle s’occuper d’elles et du nettoyage de leur habitat. Tout un chacun est ensuite libre de venir déposer les restes alimentaires aux 10 gallinacés. Outre les résultats très positifs en matière de réduction de déchets, les enfants sont investis dans leur rôle et sont ravis de récupérer les œufs frais.

Dans les écoles

L’école Joliot-Curie à Dugny [Seine–Saint-Denis] a inauguré son poulailler. Outre l’aspect écologique, les enfants ont pu découvrir les poules, comprendre leur façon de s’alimenter et leurs manières de vivre. De nombreux élèves n’avaient jamais vu de véritable gallinacé en chair et en os, ce fut donc l’occasion d’apprendre tout en faisant un geste pour la planète. Les 10 poules donnent chacune 1 œuf par jour, qui, une fois récoltés, sont donnés aux enfants et le surplus à la croix rouge ou aux Restos du cœur. Les poubelles ne regorgent plus de déchets alimentaires et les poules sont heureuses de pouvoir picorer de bons petits plats.

 

Image converture, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Food_Waste_Fiasco_(15819007150).jpg, Sean Aranda