Contre le gaspillage alimentaire ? Agissez à votre échelle Lecture : 8 min
  1. Accueil
  2. Alimentation
  3. Contre le gaspillage alimentaire ? Agissez à votre échelle

Contre le gaspillage alimentaire ? Agissez à votre échelle

Réduire ses déchets alimentaires est à la portée de tous. Voici des pistes à explorer pour désengorger la poubelle d’aliments parfois encore comestibles.


En France, pas moins de 30 kg de nourriture sont jetés par personne et par an, dont 7 kg sont encore emballés. Cela représente un budget d’environ 100 euros. Ces chiffres sont trop élevés, d’autant que l’on parle de malnutrition et parfois de famine, aussi bien au sein même de l’hexagone qu’à l’autre bout du globe. Réduire ses déchets alimentaires est à la portée de tous.

Jetez-vous souvent de la nourriture ?

Il y a 3 types de denrées alimentaires qui finissent dans les poubelles :

  • Le surplus de plats préparés que l’on jette
  • Des produits périmés que l’on a consommés en partie
  • Des produits intacts non consommés et périmés

Gaspillage alimentaire

Jeter les restes d’un plat préparé, car vous avez vu trop grand, jeter parce que vous avez entamé un pot de compote qui a fini par être oublié au fond du frigo ou encore jeter des yaourts achetés en trop grande quantité et non consommés avant la date de péremption sont des actes très courants.

Non seulement le gaspillage alimentaire est un acte aujourd’hui ubuesque, mais il est aussi une perte financière conséquente. En effet, votre budget mensuel est directement impacté par votre habitude de jeter vos aliments.

Certains compostent, nourrissent le chien ou les poules pour éviter de jeter, mais pour ceux qui n’ont pas ces options, comment éviter de gaspiller ?

L’observation avant l’action

Observer ses habitudes est la première étape à entreprendre.

Par semaine, combien de yaourts jetez-vous ? Combien de fois videz-vous les assiettes non terminées à la poubelle ? Combien de fois jetez-vous des fruits et légumes ?

Une fois le constat établi, il ne vous reste plus qu’à trouver des méthodes pour limiter de jeter. Pour cela plusieurs pistes sont envisageables :

  • N’acheter que ce qui est nécessaire en faisant une liste.
  • Aller faire les courses plus régulièrement, mais en achetant que le strict nécessaire.
  • Faire un planning des plats de la semaine pour n’acheter que ce dont vous aurez besoin.
  • Ne pas racheter de yaourts (par exemple), tant que les précédents n’ont pas été consommés.
  • S’habituer à ne pas croire aveuglément les dates limites de consommation indiquées sur les denrées alimentaires.
  • Réduire les quantités dans les assiettes, quitte à se resservir.
  • Sensibiliser toute la famille de façon à faire l’effort ensemble...

Mettre les actions en pratique

Vous avez déterminé d’où venait le problème ? Maintenant, il faut agir. Autant vous prévenir tout de suite, l’effort est progressif. Ne vous frustrez pas à tenter de tout mettre en place immédiatement, sous peine de vous sentir acculé(e) et de vous décourager avant d’avoir entrepris des actions concrètes. Procédez par étapes et prenez votre temps dans cette entreprise. Au fil du temps, vous acquerrez des automatismes et arriverez à mieux gérer votre alimentation, mais aussi votre porte-monnaie !

Faites participer votre famille pour savoir ce que chacun aimerait manger durant la semaine. Ainsi, tout le monde se sentira investi et vous vous sentirez moins seul dans votre démarche. Vos courses seront déjà plus censées et respecteront scrupuleusement un « cahier des charges » bien ficelé.

Faire les courses

Si votre emploi du temps vous le permet, faire ses courses au jour le jour est l’une des meilleures méthodes pour parvenir à limiter son gaspillage alimentaire. Pensez toujours à faire une liste. Cela vous permettra d’aller plus vite dans les rayons, sans vous laisser distraire par des achats potentiellement compulsifs et inappropriés.

Lorsque vous achetez des produits frais, vérifiez toujours les dates de péremption. Prenez-les les plus longues possible, surtout si vous ne faites vos courses qu’une fois par semaine. Petite astuce : dans beaucoup de supermarchés, les dates courtes sont placées devant et les dates plus longues, tout au fond du rayon !

En rentrant des courses, veillez à organiser votre frigo. Pour ce faire, procédez comme en magasin : les dates courtes devant et les plus longues derrière. Pour les aliments possédant la mention « à consommer de préférence avant », sachez qu’en fonction de l’aliment en question, vous pouvez le consommer bien plus longtemps que ladite date !

En fonction de la composition familiale, optez pour les formats les plus adaptés. N’achetez pas 6 kg de pommes de terre ou 24 yaourts si vous n’êtes que 2. A contrario, 500 g de pâtes pour 6 personnes et pour une semaine peut être léger... Veillez à prendre la quantité la plus logique.

J’ai malgré tout quelques « restes »… Comment faire ?

Vous avez préparé un gratin de légumes et il vous en reste encore ? Ne le jetez pas ! Placez le surplus dans une boîte hermétique et mettez-le au frigo pour le prochain repas. S’il vous reste des pâtes, transformez-les en gratin pour le prochain repas ou mettez-les dans la soupe pour la rendre plus consistante. De même, si vous avez des restes de steak haché ou de poulet, transformez-les en lasagnes, etc. Réapprenez à transformer les aliments restants en d’autres plats, afin d’éviter d’en remanger plusieurs fois de suite dans la semaine.

Les légumes crus peuvent aussi être conservés : les tomates se conservent très bien dans des bocaux ou vous pouvez aussi les transformer en soupe, sauce ou les intégrer dans des plats cuisinés. La salade reste croquante et fraîche dans le bac à légumes si elle est bien lavée et conservée dans un sac isotherme par exemple.

Vous avez des sauces restantes de vos plats en sauce ou des bouillons de vos légumes ? Ne les jetez pas ! Les sauces peuvent être congelées pour une prochaine utilisation. Elles peuvent aussi servir de base à d’autres préparations culinaires. Certains les mélangent même à de la farine pour en faire des biscuits pour chien ! Quant aux bouillons de légumes, rajoutez des vermicelles dedans pour en faire des soupes aux enfants. Vous pouvez aussi le garder pour cuire vos pâtes, elles n’en seront que plus goûteuses !

Si vous avez du mal à trouver des idées de recettes ou du mal à faire les bonnes quantités, sachez que sur internet, il existe une multitude de sites ou blogs très riches en idées recettes avec les bonnes quantités à utiliser. Et s’il reste encore des restes, pensez au congélateur !

Pour aller plus loin

Si vous avez réussi à limiter vos déchets alimentaires et que vous souhaitez aller encore plus loin, il existe encore plusieurs pistes à exploiter. En effet, vous pouvez par exemple investir dans un bac à compost (aussi possible pour les personnes habitant en appartements) ! Si vous avez un jardin, sachez qu’une seule poule peut ingurgiter l’équivalent d’environ 150 de kg de nourriture par an. Un poulailler est un excellent moyen de limiter le gaspillage alimentaire, mais en plus, vous bénéficiez d’œufs frais durant une bonne partie de l’année !

Certaines épluchures sont totalement comestibles. Cela est le cas pour la majorité des fruits (kiwi, pommes, pêches, brugnons, etc.), mais également certains légumes (courgettes, aubergines, pommes de terre, potiron, courges, etc.).

Si vous souhaitez calculer le poids du gaspillage alimentaire de votre famille sur l’année et vous comparer aux foyers français moyens, l’Ademe vous propose ce calcul simple :

Gaspillage alimentaire annuel = (poids de vos déchets alimentaires/14 jours) x (365 jours x nombre de personnes du foyer) 

Et pour connaître l’impact financier généré, il vous suffit de multiplier le poids du gaspillage en kg obtenu avec le calcul précédent par 3 euros.