Le recyclage des cheveux, une matière première aux nombreuses vertus Lecture : 4 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. Le recyclage des cheveux, une matière première aux nombreuses vertus

Le recyclage des cheveux, une matière première aux nombreuses vertus

Ils ont des propriétés fertilisantes, isolantes et dépolluantes et pourtant, pendant longtemps, les cheveux coupés n’ont fait l’objet d’aucune tentative de recyclage et de valorisation. Les choses changent peu à peu, et les coiffeurs sont de plus en plus nombreux à mettre en place des initiatives écologiques. Zoom sur cette matière première aux nombreuses vertus.

Les Coiffeurs Justes, ou le recyclage des cheveux pour lutter contre la pollution

En 2015, un coiffeur du Var, Thierry Gras, décide de ne plus jeter les cheveux coupés chaque jour dans son salon, persuadé qu’il est possible de tirer profit de leurs propriétés adsorbantes, c’est-à-dire de leur capacité à retenir les matières.

Il fonde une association pour le recyclage des cheveux, Les Coiffeurs Justes, et met au point des sacs spécifiques destinés à la collecte de cette matière première, qui représente 50 % des déchets des salons de coiffure. 200 coupes de cheveux permettent de récolter environ 2 kg de cheveux, un chiffre qui correspond en moyenne à l’activité mensuelle d’un salon.

Tous les professionnels membres du réseau Les Coiffeurs Justes collectent les cheveux qui servent à la fabrication de boudins destinés à absorber les hydrocarbures dans les rivières et les ports, mais aussi à retenir les graisses polluantes des crèmes solaires dans les piscines. Ils peuvent également être utilisés pour servir d’engrais ou d’isolant.

Dès 1978, des cheveux avaient servi à absorber 2000 tonnes d’hydrocarbures lors de la marée noire provoquée par le naufrage de l’Amoco Cadiz en Bretagne. En 2010, dans le golfe du Mexique, un barrage filtrant composé de boudins et de matelas emplis de cheveux avait permis de retenir une partie des hydrocarbures déversés en mer après l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon.

Capillum : de la dépollution à la recherche médicale

En 2019, deux jeunes diplômés d’une école de commerce à Clermont-Ferrand, James Taylor et Clément Baldellou, décident eux aussi de s’intéresser de plus près à la valorisation des cheveux coupés.

Ensemble, ils fondent la startup Capillum, qui a pour objectif de transformer cette matière première, considérée comme un déchet, en ressource durable. Les 800 salons français adhérents collectent les cheveux dans des sacs de recyclage, qui sont ensuite déposés dans des points d’apport volontaire ou récupérés par Urby, une filiale de La Poste qui propose un service de logistique urbaine et durable.

Les cheveux sont ensuite réutilisés dans différents secteurs, à savoir la recherche médicale, la dépollution des sols et des eaux, et l’agriculture.

Les cheveux recyclés par Capillum aident la recherche médicale en permettant l’amélioration des soins de la peau. La kératine, dont ils sont composés à 95 %, est extraite des cheveux par Capillum, qui permet ainsi à la recherche d’étudier ses propriétés cicatrisantes.

Ces cheveux collectés dans les salons de coiffure servent également, comme pour Les Coiffeurs Justes, à élaborer des boudins et autres solutions capables de retenir les hydrocarbures et, d’une manière générale, toutes les substances grasses polluant les eaux et les sols. Capillum participe ainsi, en partenariat avec l’association environnementale Project Rescue Ocean, à divers projets de dépollution.

Enfin, les cheveux recyclés sont aussi destinés au secteur agricole : ils sont utilisés pour confectionner des tapis de paillage, qui conservent l’humidité de la terre et permettent de réduire les quantités d’eau nécessaires aux différentes cultures.