Les plages de Marseille jonchées de déchets, le ramassage s’organiseLecture : 7 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. Les plages de Marseille jonchées de déchets, le ramassage s’organise

Les plages de Marseille jonchées de déchets, le ramassage s’organise

La grève des éboueurs à Marseille a entraîné un amoncellement considérable de poubelles dans les rues de Marseille. Les pluies torrentielles, qui ont eu lieu dans la nuit du dimanche 3 octobre, ont eu pour effet de polluer les plages qui bordent la mer Méditerranée, en emportant des détritus. Face à cette situation, les habitants et bénévoles se sont mobilisés pour ramasser les déchets.

C’est un paysage de désolation que les Marseillais ont découvert sur les plages de la ville. Canettes, objets plastiques et bouteilles recouvrent le sable sur des centaines de mètres le long du littoral. De nombreux habitants de la ville ont souhaité prêter main forte, dès le 6 octobre, à l’association Clean my Calanques qui avait lancé un appel pour nettoyer la zone. D’autres associations écologiques ont relayé le même message. C’est le cas de la fondation Pure Ocean, qui a mis à disposition des volontaires des milliers de ses kits de ramassage.

« Une catastrophe écologique » à Marseille

Le maire de la ville de Marseille, Benoît Payan a parlé d’une « catastrophe écologique ». Des centaines d’habitants de la cité phocéenne se sont mis spontanément à ramasser les déchets. Les volontaires se sont donc mis à collecter les déchets dans des sacs. Sur les réseaux sociaux, de nombreux habitants ont partagé des photographies des plages jonchées de déchets.

Mais le travail est immense. D’autant plus qu’avec le mistral, le risque était important que davantage de déchets se retrouvent dans la mer. La présidente de la Métropole, Martine Vassal, a indiqué que la collectivité a œuvré à la mise en place de bassins de rétention pour réduire les dégâts.

Opération nettoyage : des bénévoles aux profils hétéroclites

Parmi les personnes qui avaient décidé de se mobiliser, on trouvait des profils très hétéroclites : des familles, des enseignants avec leurs élèves ou encore des retraités. Les déchets qui ont été amassés ont ensuite été emportés par Veolia.

La pollution des plages a été amplifiée par le mouvement social des éboueurs de la cité phocéenne qui s’est étalé sur plusieurs jours. Ils protestaient contre la mise en place de nouveaux horaires et d’un allongement du temps de travail. Les déchets se sont rapidement accumulés.

La Mairie de Marseille dénonce le manque de réactivité de la Métropole

Les poubelles qui se trouvaient sur la voie publique ont été emportées par les pluies torrentielles et échouer sur les plages. La mairie de Marseille pointe du doigt le manque de réactivité de la Métropole qui est l’échelon administratif compétent en matière de collecte des déchets.

D’autant plus qu’un accord de sortie de crise avait été trouvé le vendredi de la semaine précédente avec les syndicats d’éboueurs. Mais la Métropole avait indiqué que dans certains quartiers, il fallait attendre plusieurs jours pour un vrai retour à la normale. Au total, on estime que 5 000 tonnes de détritus se sont accumulées durant la grève d’après la Métropole.

Ce que reproche la Mairie de Marseille à la Métropole, c’est le fait que les annonces de fortes intempéries étaient connues plusieurs jours à l’avance et peu de choses ont été faites. Agacé par cette situation, le maire de Marseille Benoît Payan souhaite récupérer la compétence en matière de collecte des déchets.