3 associations dénoncent l’impact social et environnemental d’Amazon Lecture : 4 min
  1. Accueil
  2. Style de vie
  3. 3 associations dénoncent l’impact social et environnemental d’Amazon

3 associations dénoncent l’impact social et environnemental d’Amazon

Dans un rapport publié dimanche 24 novembre, Attac, les Amis de la Terre et l’Union syndicale Solidaires dénoncent le « très lourd impact environnemental » du géant de la vente en ligne Amazon.


Une fois de plus, un rapport épingle des pratiques jugées peu respectueuses de l’environnement du géant Amazon. Particulièrement montrés du doigt, les livraisons en 1 jour ouvré qui suscitent une énorme pollution et la destruction des invendus. Le point sur le rapport commun d’Attac, des Amis de la Terre et de l’Union syndicale Solidaires. 

Un rapport qui dénonce l’« impunité fiscale, sociale et environnementale » d’Amazon

Les associations n’y vont pas avec le dos de la cuillère et affirment dès le début de leur rapport que « Amazon dissimule 57 % de son chiffre d’affaires réalisé en France » et paie ainsi moins de taxe que des petites structures proportionnellement à leurs chiffres d’affaires. Grâce à cette évasion fiscale, Amazon renforcerait toujours plus son monopole. 

En ce qui concerne les émissions de GES, celles d’Amazon Web Service en 2018 seraient équivalentes à celles du Portugal, soit « 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre », sans compter le gaspillage lié aux « 3 millions de produits neufs invendus » incinérés la même année, peut-on lire dans le rapport.

Ces chiffres, qui auraient été obtenus en croisant des « données et estimations publiques », ont permis d’obtenir un « ordre de grandeur » concernant le stockage de données du géant.

« Le monde selon Amazon n’est pas viable », estiment les 3 associations. 

Également soulignée, la précarité des contrats proposés par l’entreprise, principalement des CDD, « en particulier pendant la période des fêtes » et la non-intégration des intérimaires dans les effectifs. 

Le patron d’Amazon nie ces accusations 

« Nous réfutons ces informations trompeuses qui comportent de très nombreuses erreurs factuelles et spéculations sans fondement », a déclaré un porte-parole d’Amazon à l’AFP.

« Nous avons récemment pris un engagement fort pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris 10 ans plus tôt, en 2040 plutôt qu’en 2050. Cet engagement comprend un investissement de 100 millions de dollars dans la reforestation et une commande de 100 000 véhicules de livraison, entièrement électriques, la plus grande commande de véhicules de livraison électriques jamais réalisée — pour supprimer les émissions carbone », a fait savoir Amazon.

En ce qui concerne les accusations de précarisation de l’emploi, l’entreprise assure qu’elle « s’acquitte de l’ensemble des impôts et taxes exigibles en France et dans tous les pays » où elle est implantée.

« Avec plus de 9 300 emplois en CDI en France d’ici la fin de l’année, nous sommes devenu un employeur majeur et notre marketplace a permis de créer des dizaines de milliers d’emplois supplémentaires au sein des petites et moyennes entreprises qui vendent sur notre site », a-t-elle précisé.

Suite à la parution de ce rapport, Amazon France a également annoncé pour 2020 le lancement d’un programme qui permettra « à tous les marchands tiers, qu’ils soient en France ou à l’étranger, d’automatiser la donation quand il y a des invendus et de faire en sorte que les procédures administratives » avec les destinataires de ces dons « soient fluidifiées et simplifiées ».

Opérations de boycott pour le Black Friday

Vendredi 29 novembre, Attac, les Amis de la Terre, l’Union syndicale Solidaires et d’autres militants écologistes ont fait du Black Friday une « journée noire pour Amazon ».

Plusieurs actions ont été menées un peu partout en France dans le but de dénoncer les « conséquences climatiques de la surconsommation »

Si vous souhaitez en savoir davantage, vous pouvez télécharger le rapport des 3 organisations.