COVID-19 : Nous maintenons notre activité et continuons à préparer vos commandes sous 48h selon les mesures sanitaires recommandées. En savoir plus.

Protégez-vous Masque et prenez soin de vous

À Lutzelhouse, des sapins roussis installés pour dénoncer l’impact du réchauffement climatique Lecture : 3 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. À Lutzelhouse, des sapins roussis installés pour dénoncer l’impact du réchauffement climatique

À Lutzelhouse, des sapins roussis installés pour dénoncer l’impact du réchauffement climatique

Décorer un sapin « roussi », c’est l’initiative prise par le maire de Lutzelhouse pour ce Noël 2019. La sécheresse a tué près de 15 % des arbres de la forêt communale et ce maire lance un cri d’alarme pour dénoncer l’impact du réchauffement climatique.

En cette période de fêtes de fin d’année, la décoration d’arbres de Noël est de rigueur. Les Français les aiment artificiels ou naturels, mais de préférence bien verts. Pourtant, les habitants de Lutzelhouse dans le Bas-Rhin n’auront pas droit aux traditionnels sapins communaux cette année. Les leurs sentent le roussi ! Et pour cause, ce sont des sapins morts qui trônent au beau milieu de la ville, ornés par les décorations de Noël. Explications.

Les habitants favorables à cette décision

Décorer les arbres de Noël communaux « roussis » ne choque pas les habitants de Lutzelhouse. Pour eux, la sensibilisation à l’écologie et au réchauffement climatique doit se maintenir toute l’année, et surtout en périodes de fêtes.

Des sapins secs ou contaminés remplacent donc les beaux sapins verts en ce Noël 2019-2020. Le réchauffement climatique a fait son œuvre et le maire de la commune ne peut que déplorer l’état des lieux, se refusant à couper un arbre sain.

Un réel cri d’alarme face au réchauffement climatique

Depuis deux ans, des attaques de scolytes sur les épicéas, ajoutées au réchauffement climatique, font dépérir les sapins. Et pour cause, sur les hauteurs de la ville, les arbres affaiblis par la chaleur accablante ne sont plus en mesure de se défendre contre les scolytes. C’est ainsi que 15 % de la forêt communale a aujourd’hui disparu.

À cause des températures extrêmes, les arbres n’ont plus la ressource nécessaire pour lutter contre la prolifération de scolytes. Il s’agit de coléoptères xylophages s’agglutinant sur les arbres, les empêchant ainsi de grandir et les vouant à une mort certaine. L’ONF (Office national des forêts), déjà sensibilisé sur le sujet, a promis l’implantation de sapins provenant du sud du pays. Plus habitués aux fortes chaleurs, ils devraient être moins touchés par la déficience hydrique et de ce fait, devraient être plus résistants face aux scolytes.