Des robots issus de l'IA : peut-on parler d'alternative humaine ? Lecture : 4 min
  1. Accueil
  2. Technologie
  3. Des robots issus de l'IA : peut-on parler d'alternative humaine ?

Des robots issus de l'IA : peut-on parler d'alternative humaine ?

Ces robots sont fascinants et leurs technologies dépassent l'entendement. Salut Sophia, comment vas-tu ? Pyrène, peux-tu construire ce meuble IKEA à ma place ? Les avancées technologiques sont telles que dans 20 ans, nous ne seront plus en mesure de distinguer un humain d'un robot. Nous sommes dans une nouvelle ère technologique où tout devient possible. Mais aussi dans une ère où 85% des métiers visés sont menacés. De si extraordinaires prouesses technologiques doivent être confrontées et contrôlées afin d'éviter les abus. Car nous pourrions avoir quelques surprises. Si ce n'est pas déjà le cas...


Entretien avec Sophia, un robot human-like

Elle a un si joli prénom, une peau si douce, et aussi, beaucoup de répartie ! 

Sophia, la créature du grand David Hanson, est fascinante.

Son concepteur a calqué son expression faciale à celle de l'Homme et lui a implanté une large bibliothèque de mots lui permettant de tenir une conversation avec son interlocuteur. Franchement, c'est bluffant.

 

 

Sa peau est recouverte d'un silicone caoutchouteux appelé Frubbor sous lequel nous retrouvons une technologie motrice très développée ainsi que deux micro-caméras incrustées dans ses yeux.

Sophia est capable d'intéragir en se focalisant sur son interlocuteur grâce au face tracking. Elle mémorise votre visage afin de se souvenir qu'elle à eu cette conversation avec vous.

 

Tu veux dire qu'elle se souvient de ma blague salace ?

Elle mémorise tout...

 

Sophia dispose d'une soixantaine d'expressions faciales, la rendant quasi humaine.

Sophia est-elle intelligente ? Oui, en quelque sorte.

Ce human-like est capable d'improviser. Elle est équipée d'une surcouche applicative que l'on appelle "moteur de personnalité". Cette surcouche lui accorde une liberté intéressante dans ses conversations. 

 

Attention, tenez-vous bien :

Son créateur parle d'une vingtaine d'années. Une vingtaine d'années avant que l'humanité soit incapable de distinguer l'humain du robot

 

C'est Jean Claude Van Damme qui a dit ça ?

Détrompes-toi.

 

Personnellement, je suis partagé entre peur et excitation. Et vous ?

 

 

Problèmes d'éthique et de régulation

Vous en conviendrez, de telles prouesses technologiques doivent être encadrées. Sans quoi c'est la foire à tout !

 

Des inquiétudes légitimes.

Au cours des années passées, le secteur industriel fut bousculé par l'automatisation et la robotisation.

Première opinion : nous parlons de plus de productivité et moins d'emplois.

Deuxième opinion : diminuer les dangers au travail, les maladies, les troubles musculo-squelettiques (TMS), etc ..., créés par des métiers dont la pénibilité n'est plus à prouver.

Mais aujourd'hui, on parle de 85% des métiers visés. Vous m'avez bien entendu.

Face aux extraordinaires avancées des technologies robotiques, 85% des métiers pourraient être menacés.

 

Mais alors quel avenir pour nos emplois ? Il est clair que si les entreprises se lancent dans l'automatisation, les ressources s'accumuleront pour un petit nombre de gens. Les inquiétudes sont réelles.

David Hanson explique que les conséquences négatives de l'intelligence artificielle sont mineures comparées aux bénéfices apportés par celle-ci

 

 

 

Robots sexuels. Nan, sérieux ?

Quand arrivent les dérives...

Entre Samantha qui dispose d'un point G et la polémique autour du robot destiné à être violé on ne sait plus où donner de la tête...

On le disait, des prouesses technologiques sont en place, et parfois (souvent), des entreprises dans des domaines, dirons-nous... différents, se font une place.

Ca heurte ou ça ne heurte pas, c'est une question de point de vue.

 

Samantha ou le rêve de nous, les hommes. Nous allons enfin donner du plaisir à une femme... euh... un robot ! 

 

Samantha est gentille avec vous. Et en plus, elle agrémente ses formes généreuses de quelques frivolités grâce à ses phrases dites "olé olé".

Dans le même genre, il y a aussi Harmony, qui apporte un réconfort émotionnel et pas que...

Ces robots s'expriment en anglais, une bonne raison de devenir bilingue non ?