Zéro déchet : Connaissez-vous la règle des 5 R ? Lecture : 6 min
  1. Accueil
  2. Style de vie
  3. Zéro déchet : Connaissez-vous la règle des 5 R ?

Zéro déchet : Connaissez-vous la règle des 5 R ?

Lorsque l’on souhaite démarrer dans le zéro déchet, la règle des 5 R est la meilleure méthode pour y parvenir. Appliquer les 5 R au quotidien permet de faire des économies et de réduire ses déchets. Mode d’emploi.


Revenir des courses, défaire les sacs, jeter des tas d’emballages, sortir les poubelles. Recommencer. Voilà le rituel qu’entreprennent la plupart des gens. Certains, désireux de sortir de ce cercle vicieux, souhaitent limiter leurs déchets en glissant doucement vers le mode de vie zéro déchet. Pour cela, 5 règles sont incontournables. Il s’agit de la règle des 5 R.

La règle des 5 R, qu’est-ce que c’est ?

Cette fameuse règle a été rendue publique par l’auteure américaine Béa Johnson, dans son ouvrage « Zéro déchet ». Il s’agit de cinq règles à s’imposer au quotidien pour limiter tant les déchets que les achats compulsifs. Il s’agit donc de respecter 5 fondamentaux :

  • Refuse (refuser)
  • Reduce (réduire)
  • Reuse (réutiliser)
  • Recycle (recycler)
  • Rot (composter)

Ces principes sont classifiés et doivent être appliqués dans cet ordre. Ainsi, le recyclage et le compostage sont les dernières options à envisager lorsque l’on n’a pas réussi à appliquer les 4 premières. Dans le détail, voici comment les mettre en pratique.

1. Refuser

Il s’agit de la base que l’on applique en zéro déchet, mais qui peut également s’étendre au quotidien du commun des mortels. En effet, refuser signifie tout simplement de ne pas accepter de choses dont l’utilité n’est pas avérée. Cela s’étend à de nombreux domaines :

  • Alimentation

  • Mode

  • Courriers électroniques

  • Publicité dans la boîte aux lettres

  • Cadeaux, etc.

Refuser

En d’autres termes, pour appliquer cette règle, il convient de systématiquement se demander si telle ou telle chose est utile. Par exemple, en vous baladant en ville, vous voyez une jolie paire de baskets dans une vitrine. La question à se poser est : en ai-je véritablement besoin ? S’il s’agit de la 4e paire dans votre placard, la réponse est probablement « non ». La bonne conduite à adopter est donc de refuser de céder à la tentation.

L’idée se cachant derrière le refus est de se recentrer sur le principal. À la clé, des économies conséquentes sont à prévoir, ainsi qu’une réelle satisfaction d’avoir pu dire non.

2. Réduire

Refuser et réduire sont presque similaires. Disons que ce principe s’applique surtout sur ce que nous avons déjà chez nous ou ce que nous devons impérativement acheter. Pour faire simple, qui n’est jamais resté devant son dressing en se demandant quoi mettre ? Cela est tout simplement le résultat d’un trop grand choix. Si vous n’avez que quelques tenues différentes, le choix serait amoindri et donc, le gain de temps chaque jour serait considérable.

De même, en allant faire les courses, orientez vos choix vers les aliments en vrac, plutôt que vers ceux déjà emballés. Cela vous permettra de réduire les emballages dans vos poubelles et de faire quelques économies, car le prix du vrac est souvent moins élevé que celui des denrées conditionnées.

3. Réutiliser (ou réparer)

Aujourd’hui, tout est fait pour pousser à la consommation. Les factures de réparation d’équipements électroménagers sont souvent au même prix qu’un produit neuf, des réductions conséquentes sont appliquées sur les véhicules lorsque l’on fait reprendre l’ancien, la mode tend à se séparer rapidement de vêtements parfois presque neufs, etc.

La durée de vie des objets, appareils et même des vêtements peut être prolongée, cela afin d’éviter de racheter neuf à outrance. Privilégiez les achats d’occasion afin de donner une seconde vie à des objets souvent en très bon état. Vous avez des appareils électroménagers en panne ? Tentez de vous rapprocher d’un Repair’café pour les faire réparer à moindre coût et d’apprendre à le faire vous-même par la même occasion !

Repair caféPour les vêtements, il en va de même. L’industrie du textile étant extrêmement polluante, pourquoi ne pas glaner de nouvelles pièces sur le marché de l’occasion ? Il est possible d’y faire de véritables trouvailles !

4. Recycler

Le recyclage est l’ultime option, lorsque l’on n’a pas pu appliquer les 3 premières. Il ne concerne que certains types de produits. Alors certes, il existe la fameuse poubelle pour le recyclage, en pensant qu’il s’agisse d’une option écologique. Mais en réalité, il n’en est rien. Le journaliste Hugo Clément l’a prouvé en se rendant en Malaisie, où des tonnes de containers provenant de France y sont envoyés chaque jour. Ceux-ci contiennent des bouteilles de lait, des emballages divers, normalement voués à être recyclés… Ce n’est pas parce que nous ne voyons plus nos déchets sous notre nez qu’ils disparaissent. En réalité, très peu sont recyclés et d’autres sont expédiés à l’autre bout du monde en l’état.

Recycler« Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas », c’est pourquoi mieux vaut toujours se poser la question en amont de l’achat et tenter de trouver une solution alternative et zéro déchet pour éviter d’avoir à recycler.

5. Composter

Si le recyclage est applicable pour certains emballages et produits, le compostage est la dernière option pour les matières organiques. Il s’agit de composter les restes d’aliments, cela afin de fabriquer un engrais riche pour le jardin.

ComposterMais ce n’est pas là la seule raison. Lorsque les denrées alimentaires sont jetées à la benne, elles auront tendance à produire du méthane, un gaz à effet de serre jusqu’à 25 fois plus intense que le CO2. En jetant nos déchets organiques dans les poubelles, sans les composter, nous polluons sans même nous en rendre compte.