Maison : 10 astuces pour faire des économies d’énergie cet hiverLecture : 10 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Environnement
  4. Maison : 10 astuces pour faire des économies d’énergie cet hiver

Maison : 10 astuces pour faire des économies d’énergie cet hiver

Pour des raisons environnementales et économiques, de nombreux ménages souhaitent réaliser des économies d’énergie, en particulier pendant l’hiver. Il existe de nombreux leviers comme l’isolation ou le chauffage. Découvrez nos dix astuces pour faire baisser votre facture.

Isoler son logement

Chauffer son logement représente environ 55% de la facture énergétique chez les particuliers. Pour faire baisser sa consommation et le montant de sa facture, mieux isoler son appartement ou sa maison est un axe essentiel. Certains travaux peuvent être réalisés relativement facilement. Il peut s'agir d'isoler le plafond d'une cave ou le plancher d'un grenier. Étanchéifier une porte d'entrée ou une fenêtre permet également de réaliser des gains de plusieurs centaines d'euros par an. Encore plus simple et économique, il est possible d'agrémenter en plus son intérieur de doubles rideaux ou rideaux thermiques.

Des travaux plus conséquents peuvent être menés avec l'isolation du sol, du toit ou des murs par l'intérieur ou l'extérieur. Ces opérations nécessitent un budget plus important. Avant de commencer des travaux d'ampleur, réaliser un audit énergétique Hellio constitue une bonne option et permet de hiérarchiser les priorités. D'autant plus que pour certains travaux, il est possible de bénéficier d'avantages fiscaux, d'aides locales ou départementales.

Opter pour un dispositif de chauffage pertinent

Une fois les travaux d'isolation réalisés, choisir la solution de chauffage la plus adaptée est essentiel. Les dispositifs basse température proposés dans le cadre de la transition énergétique permettent de faire des économies significatives. C'est le cas avec les panneaux photovoltaïques, les pompes à chaleur ou les chaudières à condensation.

Pour des raisons budgétaires, il n'est toutefois pas toujours possible de se lancer dans un tel chantier. Il existe des solutions alternatives comme le fait de remplacer votre vieille chaudière. Cette action n'implique pas forcément de remplacer vos anciens radiateurs et permet de réaliser des économies de l'ordre de 25% d'énergie. Dans certains bâtiments bien isolés, un poêle à granulés peut parfois faire l'affaire. Sinon un complément de poêle à bois peut être une bonne option.

Bien réguler son chauffage

Utiliser son chauffage de manière optimale est un élément important. Disposer d'un thermostat et de vannes thermostatiques est crucial pour contrôler la température dans les différentes pièces de votre logement selon le moment de la journée. Il est possible de baisser la température lorsque l'on est absent ou durant la nuit. Des économies substantielles peuvent être réalisées. Baisser le chauffage de seulement un degré permet un gain de 7% sur sa consommation.

Concernant le chauffage au bois, il est important de veiller à la qualité des bûches et notamment à leur taux d'humidité. Plus celui-ci est élevé, moins la combustion de l'essence de bois va dégager de chaleur. En revanche, une bûche très humide peut rapidement encrasser l'installation et dégager des effluves de polluants nocifs au-delà du taux de 25% d'humidité. Il existe différentes essences, les plus adaptées au chauffage sont les feuillus durs comme l'orme, le chêne, le frêne, le charme ou le hêtre pour les plus communs.

Opter pour les énergies renouvelables et lutter contre le dérèglement climatique

Les énergies renouvelables sont incontournables pour baisser l'usage d'énergies fossiles telles que le gaz, le charbon, le fioul et le nucléaire. C'est un enjeu majeur aujourd'hui pour lutter contre le dérèglement climatique. Il est par exemple possible d'opter pour un fournisseur d'électricité verte recommandé par l'association Greenpeace. L'économie annuelle peut atteindre plus de 150 €.

Vous pouvez également acheter des parts au sein d'une coopérative citoyenne de production d'électricité. Elles financent des projets locaux de production d'énergie comme des éoliennes. Grace à des partenariats ciblés, elles utilisent des sources d'énergie naturelles comme le vent, l'eau, le soleil ou encore la biomasse. Autre possibilité : installer des panneaux photovoltaïques sur sa toiture et bénéficier de sa propre autonomie. En moins de dix ans, cet investissement peut être rentabilisé.

Faire des économies sur l'eau chaude

L'eau chaude constitue le second poste de dépense énergétique dans un foyer. Lorsque l'on se sert d'un chauffe-eau électrique pour une salle de bain, on multiplie par deux sa consommation d'électricité. Il existe des ballons d'eau chaude de différentes contenances pour répondre aux besoins de chaque foyer. La solution la plus économique est d'alimenter le ballon avec la chaudière.

L'installation n'est pas le seul vecteur d'amélioration. Certains comportements anodins peuvent permettre de faire des économies, comme privilégier les douches aux bains. Il est alors recommandé d'opter pour un pommeau de douche économique. Avoir un robinet avec des réducteurs d'eau ou un thermostat est également plus confortable. De plus, es sèche-serviettes sont assez énergivores. Pensez à ne pas les laisser chauffer en continu. Il faut également réparer rapidement une fuite quand cela est nécessaire, même légère.

Opter pour des appareils électroménagers adaptés à vos besoins

Les appareils électroménagers comme la machine à laver, l'aspirateur intelligent, les robots multifonctions ou le réfrigérateur consomment pour la plupart beaucoup d'énergie. Avant d'effectuer votre achat, il faut choisir le modèle le plus adapté à vos besoins et en examiner ses caractéristiques. Pensez donc à bien regarder la classe énergétique d'un appareil. S'il est difficile de se passer d'un lave-linge, le sèche-linge très gourmand en électricité, peut, quant à lui, être facilement écarté notamment sur la période estivale. Les petits appareils électroménagers ont une consommation généralement plus réduite, mais l'accumulation provoque souvent une surconsommation inutile. Il faut donc bien étudier le rapport de leur capacité et de l'usage que l'on compte en faire.

Bien utiliser les appareils électroménagers

Au moment d'installer un nouvel appareil, il est important de lire attentivement la notice d'utilisation pour maîtriser ses différentes fonctionnalités. Pour de nombreux appareils comme le lave-vaisselle, la consommation d'énergie peut ainsi être très différente selon les programmes utilisés. Idem pour la machine à laver dont le programme économique est plus long, mais consomme moins d'eau et d'électricité. Pensez également à dégivrer tous les trois mois votre congélateur pour éviter une consommation superflue d'énergie. L'accumulation de givre freine le transfert thermique et entraîne une consommation excessive.

En ce qui concerne les robots pâtissiers ou multifonction, veillez à les débrancher après utilisation. Pour les robots ménagers comme les aspirateurs qui se rechargent de manière autonome sur leur station en votre absence. Pensez donc dès votre retour à ne pas les laisser en veille.

Changer sa manière de cuisiner

Pour certains foyers, cuire des aliments peut constituer une grosse dépense énergétique. Pour la réduire, il faut disposer de bons équipements et adopter de nouvelles habitudes. Le gaz subit régulièrement de belles augmentations, mais reste malgré tout une source d'énergie économique. C'est donc une bonne option pour les plaques de cuisson. Si vous choisissez des plaques électriques, le système à induction est optimal : il consomme 35% d'électricité en moins que les autres. C'est loin d'être négligeable.

Dans tous les cas, quel que soit votre système d'alimentation, il est primordial d'utiliser les bons ustensiles. La taille de la casserole doit être proportionnelle à celle de la plaque. Une petite casserole sur un grand feu laisse s'échapper une partie de la chaleur et l'inverse met plus de temps à chauffer. Un couvercle sur le contenant permet d'atteindre rapidement la température adéquate à la cuisson et de la maintenir. Quand c'est possible, optez pour la cocotte minute pour une cuisson à l'étouffée, vous réaliserez de grandes économies d'énergie.

Identifier les consommations inutiles

Dans une maison ou un appartement, il arrive généralement que des appareils restent branchés de manière inutile. C'est notamment le cas des téléviseurs, des box, des enceintes, des consoles de jeux, des chargeurs, des rasoirs électriques et des cafetières à expresso. En additionnant leur consommation, on se rend compte qu'elle est loin d'être insignifiante. À titre d'exemple, selon l'ADEME, un ordinateur en veille consomme entre 20 et 40% de sa consommation en marche. Lorsqu'il est éteint, mais toujours branché, il consomme environ 70 WH par jour. Un écran de télé peut consommer environ 400 WH par an.

En les éteignant tous un à un ou grâce à des multiprises avec interrupteur, il est possible d'économiser une centaine d'euros par an en étant vigilant sur ce sujet. Il s'agit d'un levier pour réduire sa consommation électrique en changeant simplement ses habitudes.

Disposer d'un éclairage optimal

Pour faire des économies d'énergie, il faut naturellement éteindre l'éclairage inutile du foyer et exploiter au maximum la lumière du jour. Idéalement, on oriente judicieusement les ouvertures vers l'extérieur à la construction du bâtiment. Quand ce n'est pas le cas, il convient de jouer de l'agencement du mobilier afin de laisser passer la lumière. Les miroirs peuvent alors jouer un rôle important dans un lieu exigu.

En ce qui concerne les lampes, chacune d'entre elles doit être adaptée à un usage spécifique. Le besoin en intensité n'est pas le même pour une chambre et dans un salon par exemple. La quantité de lumière est donnée en lumens. Pour avoir une quantité de lumière voulue, les ampoules ont besoin de plus ou moins de puissance selon leur catégorie. Pour réduire sa facture d'électricité, il est conseillé d'utiliser des ampoules basse consommation comme les LED ou encore les lampes fluo compactes.

Vous pouvez lire également : de plus en plus de villes misent sur les microforêts urbaines