ALTERNATIVI et COVID-19 : Nous maintenons notre activité et continuons à préparer vos commandes sous 24 h/48 h selon les mesures sanitaires recommandées.

Phenix accompagne les commerçants vers le zéro déchet alimentaire Lecture : 5 min
  1. Accueil
  2. News
  3. Alimentation
  4. Phenix accompagne les commerçants vers le zéro déchet alimentaire

Phenix accompagne les commerçants vers le zéro déchet alimentaire

Phenix a pour but d’en finir avec le gaspillage alimentaire. L’une de ses principales missions consiste à accompagner les commerçants vers le zéro déchet alimentaire. Pour cela, elle use de tous les canaux de valorisation possible.

Phenix a été l’une des premières sociétés à valoriser les déchets en France. Et sa petite voix a su se faire entendre puisqu’elle est passée de 9 millions de chiffre d’affaires en 2018, à 13 millions en 2019. Son objectif est de lutter contre le gaspillage alimentaire. Pour y parvenir, la start-up propose notamment aux commerçants de les accompagner vers le zéro déchet alimentaire. Zoom sur une société qui tend à revaloriser le circuit alimentaire. 

Qui est Phenix ?

Phenix est une petite entreprise parisienne qui a vu le jour en 2014. Elle a pour mission d’accompagner ses clients vers une revalorisation des déchets, et ce, en optant pour une économie circulaire. Le but est de venir à bout du gaspillage alimentaire. Pour cela, elle met en place des solutions innovantes et adaptées, afin de valoriser les déchets.

Dons, revente, recyclage de produits alimentaires et/ou non alimentaires, Phenix permet de limiter l’empreinte écologique des acteurs du marché commercial, en leur promettant de faire de réelles économies tout en évitant les pertes sèches. Les produits destinés à la benne sont ainsi revalorisés jusqu’à viser le zéro déchet.

Comment arriver au zéro déchet avec les professionnels ?

La start-up a choisi de travailler sur trois stratégies pour aboutir à une valorisation effective des déchets et simplifier la gestion.

L’accompagnement des professionnels

Grâce au dialogue, mais surtout au développement de stratégies personnalisées et adaptées à chaque professionnel, Phenix donne des pistes à ses clients (hypermarchés, épiceries, commerçants de quartier, entreprises, etc.), afin d’aboutir à une perte nulle de leurs déchets.

De leur côté, il y a donc plus d’économies réalisées, moins de pertes et la satisfaction d’entrer dans un cercle vertueux permettant de lutter efficacement contre le gaspillage alimentaire ou non alimentaire.

Une application

Phenix a mis en place une application gratuite proposant au grand public de pouvoir acheter des produits soldés ou des assortiments de produits dont la date de consommation est proche.

De la petite épicerie de quartier à l’hypermarché, un grand nombre de partenaires joue le jeu. Du côté des consommateurs, environ 350 000 utilisateurs ont déjà téléchargé l’application qui ne fonctionne pour le moment que pour Paris, Nantes, Lyon et Rennes.

Contrairement à d’autres enseignes proposant sensiblement le même service, Phenix a choisi d’orienter ses clients vers des paniers thématiques. Ainsi, suivant leur régime alimentaire, les consommateurs pourront rapidement trouver leur bonheur. Halal, casher, végétariens, vegan… Il y en a pour tous les goûts. Cette filière représente 10 % de l’activité de l’entreprise.

La mise en relation des distributeurs avec des organisations caritatives

Voici le cœur de l’activité de Phenix. Phenix exchange est une plateforme dédiée permettant aux distributeurs de se mettre directement en relation avec des organisations caritatives partenaires. L’entreprise ne se refuse rien, elle va même jusqu’à permettre aux élevages, centres équestres et SPA, des partenariats avec des distributeurs. Elle n’enregistre pas moins de 1 300 associations et 3 500 commerces partenaires.

Plateforme numérique phenix

Le développement d’un réseau d’épiceries

Peut-être avez-vous près de chez vous une épicerie portant le nom de « Nous anti-gaspi » ? Phenix est actionnaire de cette initiative. Pour l’heure, il n’y a que 6 boutiques en France, mais 20 points de vente sont envisagés sur l’année 2020.

 

Qu’y trouve-t-on ? Essentiellement des produits provenant de l’industrie agroalimentaire. Quelques marques jouent le jeu, comme Michel & Augustin. Il est également possible d’y trouver des fruits et des légumes « moches », c’est-à-dire qui ne correspondent pas aux calibrages classiques des produits vendus au grand public dans les étals des grandes enseignes.

Une vision élargie à l’internationale

Le projet est noble et les intentions ne manquent pas chez Phenix. C’est ainsi que Jean Moreau, le fondateur, annonce vouloir partir à la conquête de l’international dans un futur très proche.

Phenix a déjà repris la start-up Graapz en Espagne, au Portugal et en Belgique. En 2020, elle entend déjà s’implanter dans 4 nouveaux pays.