Pourquoi ne devez-vous pas jeter votre trognon de pomme ou peau de banane dans la nature ? Lecture : 4 min
  1. Accueil
  2. Alimentation
  3. Pourquoi ne devez-vous pas jeter votre trognon de pomme ou peau de banane dans la nature ?

Pourquoi ne devez-vous pas jeter votre trognon de pomme ou peau de banane dans la nature ?

Vous pensiez ces déchets naturels et inoffensifs ? Il n’en est rien, informez-vous sur pourquoi le fait de jeter une peau de banane ou un trognon de pomme dans la nature a des conséquences...


Contrairement aux idées reçues, jeter une peau de banane ou un trognon de pomme est tout sauf anodin. C’est d’ailleurs ce que rappellent les rangers américains du National Park Glacier dans le Montana. Ces restes alimentaires, s’ils sont bien sûr biodégradables, mettent tout de même plusieurs semaines voire mois à disparaître. Un phénomène méconnu et ignoré de nombreux citoyens qui penseraient même bien faire en laissant un petit goûter à la faune locale ! Voilà pourquoi ce geste fait partie des comportements à éviter en pleine nature.

Un temps de décomposition beaucoup plus long qu’il n’y paraît

Il y a fort à parier que comme la plupart des gens, vous étiez persuadé qu’une pelure de banane ne mettait que quelques jours avant de disparaître. Sauf qu’il n’en est rien, ce processus peut prendre jusqu’à 10 mois. Pour un trognon de pomme, comptez environ 8 semaines, selon les conditions météo et le lieu où il a été abandonné. Un éco-garde du parc des Calanques en France vous éclaire à ce sujet :

« Qu’elle soit bio ou pas bio [la peau de banane ; NDLR], ça met beaucoup de temps, parce que c’est une peau, une chapelure, très fibreuse. Et surtout, on n’a pas les insectes de son pays d’origine ici. Des insectes aptes à la manger et la décomposer rapidement. »

Effectivement, à bien y réfléchir, c’est plutôt logique. Nos animaux ne sont pas habitués à ce type de nourriture, aussi, ils ne l’identifient pas nécessairement en tant que telle. De plus, une peau de fruit est par nature destinée à être résistante, puisqu’elle est censée protéger sa chair. Outre le fait de produire un déchet dans un environnement naturel, le fait de jeter une peau de banane ou un trognon de pomme n’est pas sans conséquence.

Le risque de perturber tout un écosystème

Premièrement les animaux, comme nous venons de le voir, ne sont pas habitués à se nourrir des fruits que nous consommons.

Qui a vu un pommier ou un bananier en pleine forêt dans nos contrées ?

Le risque est donc qu’ils digèrent mal ce butin impromptu, avec les risques que cela comporte pour leur santé. Et si toutefois ils s’en régalaient, cela induit un changement dans leur processus de recherche de nourriture.

Ainsi, s’ils sont habitués à trouver des restes alimentaires à proximité d’une aire de pique-nique située au bord de la route, ils y reviendront. Cela les conduit donc à se trouver près d’un endroit où ils ne sont pas en sécurité, risquant ainsi de se faire renverser par une voiture (et au passage, causer un accident potentiellement grave).

Enfin, la flore n’est pas en reste. S’ils finissent effectivement par être décomposés, ces déchets « pas si naturels » perturbent l’enrichissement des sols, voire même entraînent la croissance de plantes qui n’ont rien à faire dans l’écosystème où le détritus a été jeté.

Plutôt que de jeter, ramassez ! 

Dans leur publication Facebook, ces rangers vous conseillent pour la prochaine fois de penser à ramener avec vous vos restes alimentaires et de passer le mot autour de vous. Mais vous pouvez aussi aller plus loin en participant aussi à une balade citoyenne comme le World Clean Up Day. Ces dernières sont régulièrement organisées par des associations locales pour nettoyer la nature. Et si ce genre de manifestation ne vous attire pas particulièrement, ayez au moins un sac à portée de main lorsque vous partez en balade. Vous pourrez alors le remplir des déchets que vous trouverez en chemin, pour ensuite les jeter dans une poubelle appropriée.